Business Booster

Business booster, c’est aussi un métier !

by Yvon Hell
Yvon Hell

On me demande souvent ce qui, dans mon métier, me donne l’envie d’avancer, mon carburant, mon générateur d’adrénaline. Ma formation de base d’expert-comptable et mon DESS « Certificat d’Aptitude à l’Administration des Entreprises » ont certes posé les fondations de ma carrière et de mes choix professionnels, mais je dois avouer que les opportunités, les rencontres et l’audace ont fait le reste.

Les opportunités de carrière ont ceci de grisant qu’elles sont autant d’aventures et de projets à construire, si tant est que l’on garde le goût d’entreprendre. Lorsqu’en janvier 2000 je prends mes fonctions de conseiller financier et comptable du Directeur Général de l’Office des Postes et Télécommunications à Libreville, au Gabon, c’est une mission qui, outre l’exotisme de sa localisation, me donne des responsabilités stratégiques : scission de l’entreprise en deux entités distinctes, préparation de la privatisation de Gabon Télécom, adaptation des structures financières, recherche de financements, etc.

Cette expérience gabonaise n’était pourtant pas la première dans ma carrière d’expatrié puisqu’auparavant, entre 1993 et 2000, en République tchèque, je fus Directeur Général de SOFICO, une société de conseil en organisation et management et Président du Directoire de MANASOFT, ré éditeur exclusif des logiciels de gestion Sage.

Ces deux étapes ont enrichi mes compétences en création de sociétés, recrutement et formation de personnels, définition des procédures de travail, développement marketing et commercial et, bien entendu, capacité à diriger une entité dans des environnements économiques variés en appréhendant le marché de manière stratégique.

Fort de ces expériences que d’aucuns jugeront lointaines et exotiques, je décide, en 2002, de poser mes valises au Luxembourg, en devenant, dans un premier temps, Directeur Associé de FIDUFISC, puis Associé-gérant, en Juillet 2003, de la Société de Gestion Fiduciaire qui est devenue SGF Group, en décembre 2014. De cette création d’entreprises naquit cette vocation de « Business Booster », riche de mon vécu à l’étranger, d’échanges professionnels et de savoirs pluriels.

L’audace. Sans elle, l’entrepreneur serait bien solitaire.

Outre les connaissances techniques, ce sont effectivement les rencontres humaines qui font naître les projets les plus audacieux. Ma route d’entrepreneur fut pavée de rencontres précieuses, car on apprend toujours aux côtés de celles et ceux qui ont aussi su prendre des risques, avoir de grandes envies et de beaux destins. Ces échanges m’ont également donné la possibilité d’aller à la rencontre de cultures différentes, d’autres points de vue. Certains n’osent jamais regarder en arrière, de peur d’y voir des regrets. Ce n’est pas mon cas. Le passé a forgé ce que je suis. Il m’a donné les armes, les outils et l’envie de me surpasser, d’aller plus loin. C’est un état d’esprit avant tout, celui d’entreprendre, de se donner les moyens d’y arriver, de s’entourer des bonnes personnes pour atteindre son objectif avec, tout de même une bonne dose d’audace.

L’audace. Sans elle, l’entrepreneur serait privé de cette énergie créatrice et piétinerait rapidement dans ses propres projets. C’est à mon tour de transmettre ce goût de l’audace, de la création, cette capacité à rebondir, à prendre des décisions avec conscience et discernement. C’est en cela que le concept de « Business Booster » devient alors un métier novateur et plein d’espoir. Osons, osez, dans une démarche de compagnonnage dynamique et investi.